Fabrication d'une guitare parlor:"la petiotte"

par Arnaud Soulerin

 

La table est mise à épaisseur au rabot de paume pour l'approche, et au racloir pour finir jusqu'à obtenir 2.45 mm d'épaisseur du coté des basses et 2.55 mm du coté des aigus.

A l'aide du ciel d'ébéniste, je maintiens la table au bon galbe appuyant celle ci sur une planche creusée au galbe négatif de 3 mm au centre. Ceci permet de tracer la forme des éléments du barrage. Une fois collé le barrage est sculpté.

Le chevalet est sculpté dans un bloc de palissandre; on lui donne la forme de la table à l'aide d'un papier de verre maintenu sur celle ci. Le sillet de chevalet est débité dans un os de pot-au-feu.
Les deux parties du fond sont ajustées et collées ensemble, découpées et sont mises à épaisseur (comme pour la table). La face inferieur des barrages est légèrement arrondie; (3mm également) et collés sur la table et sculptés.
Le moule à éclisses, et la "formeuse" à éclisses pour la parlor.
Les éclisses sont d'abord cintrées à la taille au moyen d'un tube chauffé par un décapeur thermique. Les éclisses sont ensuite placées dans la formeuse entre deux feuilles d'acier chauffées par une lampe halogène, et maintenues dans le moule.
Les contre éclisses sont collées et l'ensemble éclisses/contre-éclisses est mise en forme. Le fond d'abord et la table ensuite sont collés.

Le bord de la table et du fond sont arrondis au papier de verre sans filets (je veux donner un aspect rustique à cette guitare). La mortaise à queue d'aronde est faite à la main.

Préparation du manche avec son talon de la tête et son inclinaison à 15°.

Préparation des placages de tête avant et arrière. La partie arrière doit redescendre sur le manche...

Traçage et découpe de la tête ajourée.

Découpe et ajustage de la queue d'aronde du manche, exécution de la rainure du trussrod et de sa prolongation sur la table. Mise en forme du manche en forme de V à l'ancienne. Et collage du manche a la caisse.

Traçage et rainurage des frettes, collage de la touche (avec un élastique bien serré). Les nacres sont découpées, gravées puis incrustées.

Le frettage avec mon maillet en buis, pas de marques sur la touche et efficace. Nivelage des frettes à la grosse lime pour ensuite les reformer avec une lime spéciale et contrôle trois frettes par frette avec un outil maison.

Positionnement du chevalet avec un gabarit de maintien réglable pour régler la l'action et la compensation à l'harmonique juste. L'emplacement est repéré, le vernis est ensuite enlevé sous toute la surface du chevalet pour un collage optimum.

La petiotte terminée.

l'instrument terminé

 

Accueil

Luthiers amateurs:

A B C DE FGH IJK L MN OPQ RST UVW XYZ

Jean Weinfeld

Atelier

Fabrication

Pratique

Théorie

Plans

Restauration

Outillage

Bois

Livres 

Liens

FAQ

Lexique

Le guide

Quatuor

Bouzoukis

Banjos

Ukulélés

Dobros

Epinettes/Dulcimer

Luths/Ouds

Mandolines

Laps Steels

Anciens

Harpes/Lyres

Basses

 

©2000-2016 www.luthier-amateur.org