Jean-Philippe Bailleux, luthier amateur en Belgique

 

 

 

 

Je me nomme jean-Philippe Bailleux j'ai 22 ans je suis belge et réside à Gomery (extrème sud de la Belgique) à cinq kilomètres de la France, je suis étudiant en architecture à Liège.

J.-M Liégeois luthier amateur en lutherie violon sur ce site habite à deux kilomètres de chez moi et m’a fait part de vos travaux que je trouve géniaux. J'ai travaillé durant trois ans le bâtiment en tant que maçon, années durant lesquelles j'ai suivi des cours de menuiserie en soirée.

Je suis guitariste et cette passion pour la guitare mélangée à mon amour du travail manuel se sont bien vite transformées en un quelque chose qui s’apparente à de la lutherie.

Pour tout dire j’avais dix-huit ans quand je l’ai entreprise et je n’avais pas grand-chose sous la main pour m’aider.

Je voulais une guitare style stratocaster mais en bois apparent et pas de capot en façade. J’ai fait un relevé grossier de la stratocaster que je possédais pour en déduire un plan que j’ai adapté aux pièces que j’utiliserai. L’idée étant d’avoir la forme d’une stratocaster sans cet immense pickguard. Mes défonces seraient au dos, seul les défonces micros seraient évidemment en façade. A partir de là, la guitare nécessitait une défonce vibrato pour les ressorts de rappel et une défonce pour les potentiomètres et l’entrée jack. Je décidais dés lors de réunir les deux défonces sous le même couvercle qui ma foi, semble d’un coup beaucoup plus important.

Réalisée en cours du soir avec ce que j’ai trouvé…

 

Les professeurs étaient là pour enseigner la menuiserie et pas la lutherie alors j’ai pris sur moi et j'ai dû improviser. Ils me trouvèrent un chevron de 150mm /150mm en frêne qui me plut. Je l’ai débité en deux pour obtenir un plateau fini de 40 mm. L’idée étant d’avoir une ligne de bois plus foncée (du méranti faute de mieux) dans l’axe du manche ; j’ai effectué une rainure arrêtée avant de le coller pour laisser un accès des micros vers leur sortie. Après traçage, défonçage, chantournement, avec une gouge j’effectue l’emplacement de l’entrée jack, et des fixations micros, perçage, galbe à la grosse râpe puis une plus petite, finition du galbe au papier ponce… huile cire au carnauba pour un effet semi brillant mais non-vernis.

Mon câblage lui est assez simpliste, l’idée étant d’avoir un humbucker de manche et un de chevalet, chacun relié à un switch on/off et un volume. Comme je n'avais pas les outils pour créer le manche j'ai acheté une pelle que j'ai ajustée, percée, sculptée, poncée, traitée. Manque encore ma griffe sur la tête et deux trois réglages mais je suis déjà pas mal satisfait.

Voilà vous savez le principal pour le reste je l’expliquerai aux intéressés en détail s’ils le désirent.

PS: Vive le blues!

mise en ligne: 04/2009

 

Accueil

Luthiers amateurs:

A B C DE FGH IJK L MN OPQ RST UVW XYZ

Jean Weinfeld

Atelier

Fabrication

Pratique

Théorie

Plans

Restauration

Outillage

Bois

Livres 

Liens

FAQ

Lexique

Le guide

Quatuor

Bouzoukis

Banjos

Ukulélés

Dobros

Epinettes/Dulcimer

Luths/Ouds

Mandolines

Laps Steels

Anciens

Harpes/Lyres

Basses

 

©2000-2016 www.luthier-amateur.org