Fredéric Bordois, luthier  amateur à Toulouse

 

j

1

2

3

4

11

 

C'est une copie d'aprés une mandoline signée CABROLIER à TOULOUSE .

J'aime ce modèle  car il ressemble sur le principe de construction à la guitare SELMER : table cassée et bombée et le son est trés fin et plus puissant que les napolitaines (je n'aime pas beaucoup le son des américaines). Sur les photos ci-dessous, l'original est à gauche et la copie que j'ai réalisé à droite.

 

 

Sans vouloir passer pour un prétentieux la copie sonne mieux que le modèle!  mais si j'étais un vrai luthier je saurais pourquoi! La copie diffère sur quelques points : manche un peu plus large, tête moderne, fond en bois massif (l'original est en merisier plaqué de palissandre) et renversement du manche un peu plus fort avec la touche qui ne plaque pas tout à fait sur la table .
 
Le point commun est le confort de jeu à cause de la touche arrondie, c'est plutôt rare sur une mandoline .

J'ai perdu beaucoup de temps à préparer le bois du fond et des éclisses car je suis parti de plateaux massifs et plus le bois est ondé (proche de la ronce), comme celui du fond, plus c'est difficile : on ne peut pas raboter à la machine au-delà de 5ou 6mm : tout éclate, j'ai donc terminé le tout au rabot Stanley pour les bois difficiles (pente du fer à 12°)
 
Mais ça vaut la peine surtout pour le fond.
 
 
 
 
La table est en "red cedar" (tiré d'une poutre) et pour moi le but était de faire un essai de pliage sans risque de perdre une belle pièce de bois en vue de retenter la chose sur une table de Selmer .
 
Le pliage n'est pas trés difficile sur un fer chaud mais je crois qu'avec de l'épicéa ce doit être plus raide et donc plus difficile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le manche est renforcé par une barre de carbone de 3X10mm de chez Stewart Mac do

 

J'ai travaillé les emplacements des filets avec l'outil pour dremel de chez Mac Do mais je trouve que ça manque de précision : la feuillure n'a jamais une profondeur constante j'ai dû fignoler au canif .
 

 

L'outil "maison" pour calibrer  la touche  (ça n'évite pas le rabot mais çà permet de réajuster de temps en temps)

Le frettage est assez délicat car les frettes de mandoline sont vraiment miniscules et fragiles.

 

La caisse est finie et vernie bouche pore, vernis bouche pores + ponce en poudre et vernis à l'alcool passé à l'éponge ( CF le vieux et précieux bouquin " trucs et procédés du bois" de de JP COUTRAIT éditions CHARLES MOREAU.

 

mise en ligne: 11/2005

 

Accueil

Luthiers amateurs:

A B C DE FGH IJK L MN OPQ RST UVW XYZ

Jean Weinfeld

Atelier

Fabrication

Pratique

Théorie

Plans

Restauration

Outillage

Bois

Livres 

Liens

FAQ

Lexique

Le guide

Quatuor

Bouzoukis

Banjos

Ukulélés

Dobros

Epinettes/Dulcimer

Luths/Ouds

Mandolines

Laps Steels

Anciens

Harpes/Lyres

Basses

 

©2000-2016 www.luthier-amateur.org