Francis Kléthi, luthier amateur en Aquitaine

 

 

Aout 2003 ! Je suis à Paris en vacances, et, comme tout bon musicien qui se respecte, je fais le tour des magasins de musique pour acheter la basse de mes rêves : une bonne fretless 5 ou 6 cordes ! Et malheureusement, je fus très décu du peu de choix qui se présenta ! Et c’est là, aussi, l’origine de mon projet, faire ma propre basse ! à l’époque, j’avais récuperé une superbe plaque d’acajou (1m sur 0.30m environs et 3 cm d’épaisseur), de quoi faire mes deux demi corps ! Pour le manche, qui est traversant, j’ai acheté des lattes de bois exotique rouge, ainsi que des lattes de ramin, bois asiatique. La touche,en ébène du Gabon, et le plaquage, érable ondé, vienne de chez un luthier !

Comme outillage, j’avais peu de chose : une scie sauteuse et une ponceuse à bande, une équerre, une latte en aluminium (pour vérifier les surfaces plates) et un aimant de forme concave (environs 1/3 de rond) provenant d’une perceuse, pour arrondir les bords des demi corps ! Des lames de cutter en guise de racloir ! Une défonceuse ! Des cales à poncer, du papier de verre, des serre joints, une surface bien plate et de l’huile de coude ! Le tout a été collé avec de la colle à bois.

 

Description de la basse :
Basse fretless 5 cordes, active, passive. Manche traversant 5 parties. 24 cases. Touche en ébène du Gabon avec inlays en pvc. Filet de touche en ramin et palissandre de Rio. Fret 0. Diapason 35. Sillet en ébène et frene. Largeur au sillet : 45 mm. Largeur en fin de touche : 75 mm. Radius 18.Mécaniques Gothos, cordier Schaller, micros Crel, électronique Bartolini (paramétrique en mode actif) Placage en érable ondé. Finition :18 couches de fond dur donc la dernière à la laine d’acier 0.

    

Réalisation :
Le choix d’un manche traversant me semblait plus facile qu’un manche vissé ! S’est vite fait de louper sa défonce pour le manche, surtout lorsqu’on ne s’est jamais servi d’une défonceuse ! D’autre part, la largeur de la planche d’acajou était trop petite, je n’avais plus le choix, et en plus, je n’aime pas les manches vissés ! Quant au collage des lattes, pas de problèmes particulier. Il faut faire attention au sens des nervures : toujours symétrique et toujours en nombre impaires ! Le gros travail était de rectifier les angles : ils doivent tous etre à angle droit et chaque surface doit etre bien plate. Travail plutot long, cm par cm sur les quatre faces. Idem pour les parties collées contre le manche des deux demi corps ! Le radius de la touche a été poncé avant qu’elle ne soit collée ! Les entailles pour les inlays aussi puisque la touche comporte un filet. J’ai simplement inséré et collé les inlays avec de la super glue une fois que la touche a été collée. Ce qui dépassait a été coupé à ras avec un bistouri, un petit coup de papier de verre, et le tour était joué !

 

Pour les deux demi-corps, les placages ont été collés avant de coller les demi corps contre le manche. Les arrondis des bords extérieurs ont été poncés à la main.
Pour la tête, j’ai tout de même mis mes initiales en marqueterie, en acajou. Quant à l’électronique et ses controles, on trouve le volume, le fader entre les micros, le choix de la fréquence, et le gain de celle-ci, en mode actif, un switch pour passer en mode actif-passif. Le paramétrique est super puissant on peut obtenir une panoplie de sons assez incroyable ! Une véritable usine à gaz ! Ca fait deux ans que je joue sur cette basse, et je me surprends encore à trouver des sons que je n’ai jamais entendu !!! En passif, aucune correction possible. Mais j’aime bien aussi, au moins, on a le vrai son de la basse !

mise en ligne: 06/2008

 

Accueil

Luthiers amateurs:

A B C DE FGH IJK L MN OPQ RST UVW XYZ

Jean Weinfeld

Atelier

Fabrication

Pratique

Théorie

Plans

Restauration

Outillage

Bois

Livres 

Liens

FAQ

Lexique

Le guide

Quatuor

Bouzoukis

Banjos

Ukulélés

Dobros

Epinettes/Dulcimer

Luths/Ouds

Mandolines

Laps Steels

Anciens

Harpes/Lyres

Basses

 

©2000-2016 www.luthier-amateur.org