Réparation d'un manche de guitare (ou de basse) cassé

par Joël Gruau

 

Il est fréquent que, dans certaines situations, on pose sa guitare négligemment debout le long d’un meuble. Et souvent l’instrument glisse et tombe. Et presque aussi souvent le manche casse à son point faible, c’est-à-dire à la jonction manche-tête au débouché du truss rod (et c’est surtout vrai pour les manches en acajou).

Si la cassure est nette, bien en sifflet avec une surface de joint importante, un simple collage sous presse à la colle à bois fera l’affaire, la seule difficulté étant le parfait alignement des deux pièces.

Si la surface de collage est peu importante ou si vous avez des doutes sur la solidité future de la réparation, une solution consiste en l’insertion de deux plaquettes (épaisseur 10 à 12 mm environ) du même bois que le manche, placées symétriquement de part et d’autre du truss rod et débordant largement de chaque côté de la cassure (voir dessin). Si après les raccords de finition les inserts se voient, ils peuvent ne pas être inesthétiques s’ils sont parfaitement symétriques.

Si la cassure est vilaine ou si la réparation précédente ne tient pas, la seule solution est la pièce de jonction. Certains luthiers font des pièces semi-cylindriques, mais j’ai choisi la pièce en V, plus facile à réaliser et qui offre une plus grande surface de collage. Il convient toutefois de coller préalablement les deux morceaux du manche pour en assurer l’alignement.

Parmi la bonne douzaine de réparations que j’ai été amené à effectuer, j’en ai choisi quatre assez représentatives :

 

Une folk japonaise du début des années 70 « réparée » avec une vis par son propriétaire. Evidemment, ça ne tenait pas ! Dans ce cas, la cassure était propre, bien en sifflet. J’ai donc collé puis inséré deux plaquettes d’acajou, côté face étant donné le sens de la cassure, ensuite un peu de mastic, un raccord de peinture et depuis 7 ans ça tient.

 

     

 

 

Le deuxième exemple concerne une Epiphone SG. La cassure était assez vilaine, mais j’ai opté pour la solution des inserts qui fut un échec (voir photo). Il a donc fallu passer à la pièce de jonction. Ca n’a pas bougé depuis 2 ans.

 

  

  

 

 

La basse Jacobacci JB 280 fretless se trouvait dans le même cas de figure. Son propriétaire qui n’en jouait plus depuis 2 ans a pu à nouveau en profiter.

 

    

 

 

Le dernier exemple concerne une Bartolini du début des années 60. Le manche est en sycomore et une partie de l’instrument est recouvert d’un film plastique doré pailleté. La cassure avait été recollée à l’araldite puis renforcée à l’aide d’un collier serflex : autant dire que c’était à la fois solide et esthétique ! J’ai donc opéré de la même façon que pour les 2 guitares précédentes et j’ai fait la finition en mélangeant 2 peintures dorées différentes de façon à m’approcher le plus possible du doré d’origine.

 

    

 

 

Accueil

Luthiers amateurs:

A B C DE FGH IJK L MN OPQ RST UVW XYZ

Jean Weinfeld

Atelier

Fabrication

Pratique

Théorie

Plans

Restauration

Outillage

Bois

Livres 

Liens

FAQ

Lexique

Le guide

Quatuor

Bouzoukis

Banjos

Ukulélés

Dobros

Epinettes/Dulcimer

Luths/Ouds

Mandolines

Laps Steels

Anciens

Harpes/Lyres

Basses

 

©2000-2016 www.luthier-amateur.org